Prolifération des chats

Prolifération-des-chats-spa-martinique-spam

Photo : gestion par la SPA Martinique de 100 chats appartenant à des propriétaires pourtant bienveillants, mais qui avaient laissé faire…

proliferation-chat-collecte-chat-Mme-Gely-spa-martinique

Photo : madame Gely

Le phénomène est préoccupant !

Que faire en cas de prolifération des chats

Il provient de la négligence des humains qui les abandonnent ou les laissent proliférer.
Une chatte peut donner en théorie 65 000 descendants en 4 ans !
Donner à manger à des chats errants peut sembler un acte charitable. Mais en fait c’est alimenter encore davantage une fabrique de malheureux car plus les chats sont nourris, plus ils se reproduisent.

• Collecter vous-même certains chats. Nous les réceptionnerons dans nos refuges fourrières. Les animaux sans propriétaires y sont accueillis gratuitement.
Des cages spéciales sont disponibles dans certains magasins de bricolage (environ 30 €). Vous pouvez nous conduire peu à peu les animaux.
Alerter la mairie de votre commune et lui demander de récupérer les animaux.
Stériliser vos propres animaux, conseiller de le faire autour de vous.
Dans le meilleur des cas, à l’instar des actions menées à Madiana Schoelcher par des bénévoles engagées et généreuses, faire procéder vous même à la stérilisation des chats en bon état et continuer à assurer le suivi de ces animaux. La SPA Martinique pourra vous accompagner dans cette démarche et dans la mesure de ses moyens, financer une partie des stérilisations.

Article L. 211-22 du Code rural :
« les maires prennent toutes dispositions propres à empêcher la divagation des chiens et des chats…. Ils prescrivent que les chiens et les chats errants et tous ceux qui seraient saisis sur le territoire de la commune sont conduits à la fourrière ».
Le maire est donc tenu d’intervenir pour mettre un terme à l’errance ou la divagation des chiens et des chats sur le territoire de sa commune.
Hélas certaines communes n’honorent pas cette obligation.

Abandonner un animal sur la voie publique est assimilé à un acte de cruauté passible d’une amende jusqu’à 30 000 € et d’une peine de prison jusqu’à 2 ans.